Le Casino d’Arras

Le Casino d’Arras va fêter son centenaire d’existence. Mais cet édifice que l’on appelle « Casino » n’en a, en réalité, jamais été un.

Après la Première Guerre mondiale, détruite à plus de 80%, Arras n’est plus que débris et immeubles détruits. Nombreux furent les emplacements devenus libres dans le centre-ville, et c’est au plus près de la Petite Place, en lieu et place de l’hôtel particulier d’Egmont (antérieur au XVIIIème siècle), que les frères Paul et Jules Couturier, entrepreneurs arrageois du bâtiment, firent construire dans les années 1920, un casino.

Le premier projet, surnommé « la Renaissance », fut conçu par l’architecte Jules Déprez en 1920. Un second projet, signé par l’architecte arrageois Demagny en 1922, reçut les faveurs des propriétaires, vraisemblablement grâce à la rotonde. L’édifice, sculpté par l’achicourien Ch. Mahieu, devait comporter, à l’origine, une salle de spectacle, de music-hall et un casino.

Mais Arras n’étant ni une ville thermale ni une ville balnéaire, la licence d’autorisation d’ouverture du casino n’a jamais pu être délivrée.

Face à des difficultés financières, le Casino est devenu une salle de cinéma dans les années 1950 pouvant accueillir jusqu’à 1 300 personnes puis il ferma ses portes en 1977.

Depuis, comme vous le savez sans doute, la salle est la propriété de la Ville d’Arras qui a entrepris des travaux de rénovation entre 2013 et 2015 et lui a redonné ses lettres de noblesse.

C’est aujourd’hui une superbe salle de spectacle et de cinéma nommée « La Grand’Scène » avec 1 000 places assises et une seconde, nommée « La Cave » avec près de 300 places assises ou 600 debout.


Saurez-vous retrouver tous les instruments de musique présents autour des oculi de la façade du Casino donnant sur la rue Emile Legrelle ?

Vous pourrez trouver notamment des instruments à corde, tels que des banjo, guitare, mandoline, oud, luth, cithare, harpe et un violoncelle ; des instruments à vent, tels que des trompette, tuba, cor, hautbois, clarinette, flûte, flûte à bec, flûte de pan, saxophone et un trombone ; et des percussions tels que des cymbales, cloche, triangle, tambour, tambourin et un xylophone. Parmi tous ces instruments se trouvent également des masques et des livres de partitions.

A bientôt dans les rues d’Arras …
Max. D. – @danslesruesdarras
Instagram – Facebook – Twitter – Etsy – Behance

S’y rendre :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close